Les taxes à Coulounieix-Chamiers

Tout va bien à Chamiers et si nous disons le contraire, nous faisons de la politique politicienne. Mais nous y battons des records. Voici un envoi anonyme qui en dit long sur notre fiscalité. Vous jugerez par vous-même.Taxe foncie re hab1Taxe foncie re hab1 (44.53 Ko) Cchamiers stats budgetCchamiers stats budget (42.76 Ko)

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

1. MOTUT 17/05/2016

Halte aux excès de la pression fiscale locale !
Acheter un bien immobilier à Coulounieix-Chamiers constitue une décision suicidaire pour la gestion d'un budget familial ! Le poids de la fiscalité locale est tel que le versement de la taxe foncière correspond à un véritable loyer à payer à la commune ! Son taux exorbitant (52,72% de la valeur locative), nous plaçant dans le groupe de tête des communes les plus taxées en France, constitue une telle charge que beaucoup souhaitent vendre leur bien pour aller habiter ailleurs, afin d'échapper au pressoir fiscal de la municipalité. Malheureusement, vendre un bien immobilier dans notre commune est devenu fort difficile, si ce n'est à perte. Les agents immobiliers annoncent tous que l'impact de la taxe foncière à Coulounieix-Chamiers entraîne une dévaluation des biens immobiliers de 20 à 30%. Déjà très élevé, le taux de cette taxe a été très fortement accru depuis 2015. La taxe d'habitation a suivi la même ascension. La réduction des dotations de L'État ne peut justifier à elle seule ce choix de taxer à l'excès le contribuable. Il faut y voir le résultat de décisions politiques malheureuses assumées depuis longtemps qui ont généré un niveau de dépenses hors de portée des capacités financières de notre commune : citons entre autres le recrutement en trop grand nombre, depuis longtemps, de personnels hypertrophiant aujourd'hui la masse salariale, mais aussi de lourds investissements hasardeux ne répondant pas à un besoin majeur et financés par l'emprunt. Tel est le cas en particulier de la création de l'écolotissement de Bellevue dont les emplacements ont difficulté à trouver acquéreurs. Les emprunts considérables contractés pour ce projet doivent être aujourd'hui remboursés avec les intérêts générés, sans que les rentrées d'argent escomptées par les ventes ne viennent rembourser la facture ! Cette opération dont le maire, de son propre aveu, avait fait en 2013 un objectif politique, se révèle, aujourd'hui, un fiasco financier dont les contribuables doivent payer le prix fort. Elle a de plus aggravé le poids de la dette qui pèse très lourdement sur la détermination du montant des taxes. Il serait temps que le chemin de la raison prenne le pas sur la recherche d'objectifs politiques dont les citoyens n'ont que faire.
Beaucoup vont trouver, cette année encore, la pilule fiscale locale difficile à avaler. Le 3ème trimestre sera douloureux et verra le pouvoir d'achat des contribuables assujettis à ces taxes fortement amputé ! Il serait temps que les élus de la majorité, toutes sensibilités confondus, ayant validé cette purge fiscale, prennent enfin conscience que leurs concitoyens en ont assez d'être étrillés de la sorte ! Trop, c'est trop !
M.MOTUT

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 04/11/2015