Exprimez-vous

Expression libre

Vous pouvez vous exprimer en ajoutant un commentaire sur le blog ou participer à la rubrique "discussions générales " du forum ou encore en ouvrant la rubrique "Exprimez-vous". Pour valider votre contribution, il faut d'abord "faire glisser la flèche" vers la droite dans le carré anti-spam ! Avant de paraître sur le site, votre texte doit être approuvé par le manager.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (10)

1. MOTUT 01/10/2017

Constat et réflexions inspirées par la lecture du rapport, en date du 27/03/2017, de la Chambre Régionale des Comptes de Bordeaux sur la gestion financière de la commune de Coulounieix-Chamiers (Les textes entre guillemets sont des copies du rapport)

La lecture de ce rapport de la Chambre Régionale des Comptes de Bordeaux qui a enquêté sur la gestion financière de la commune est très instructive et interpelle. Elle fait apparaître entre autres choses :
une absence surprenante de fiabilité des comptes
Elle constate : " En l' absence d'une comptabilité d'engagement fiable et d'un décalage récurrent de paiements de factures sur l'exercice suivant, les montants annuels de dépenses de la collectivité sont minorés, ce qui améliore en conséquence artificiellement l'épargne de gestion et les résultats comptables ". Cette pratique anormale et regrettable travestit en fait la réalité des comptes.
Une situation financière dégradée de longue date du fait de la charge trop importante de la masse salariale :
" La chambre ne peut que constater que les charges de personnels sont depuis des années la cause principale des difficultés financières de la commune de Coulounieix-Chamiers et estime qu’elles peuvent difficilement rester à ce niveau plus longtemps sans menacer très sérieusement la continuité de gestion de la commune ".Elle observe que "les charges de personnels sont supérieures en moyenne de dix points à celles des communes comparables de la strate nationale ".
Elle constate que la durée annuelle du temps de travail de chaque agent est inférieure de 18 heures au plancher légal, ce qui a contribué en 2015 à faire perdre 4325 heures payées, soit 2,7 équivalents temps plein, " ce qui n'est pas financièrement négligeable " aux dires de la Chambre.
Elle note aussi que la nette progression de ces charges a eu pour effet de réduire la capacité d'autofinancement de la commune, et donc sa capacité à investir, avec toutes les conséquences induites néfastes sur l'entretien du patrimoine. Et elle ajoute " La chambre invite donc la commune, au regard de sa situation financière, à se prononcer expressément, quant au volume horaire annuel de travail de ses agents ".
Elle note qu'en dépit d'une petite amélioration, " toute relative " sur la capacité de la commune à se désendetter, la dette reste à un niveau élevé. Elle indique qu'en 2015, la commune a augmenté sa fiscalité locale de 3,6% et réduit ses investissements parce que les banques ont refusé de prêter de l'argent, au vu de l'encours par habitant de la dette " nettement supérieur à l'encours moyen de la dette des communes de la même strate démographique ".
L'éco-lotissement de Bellevue qui a aggravé notablement le poids de la dette est également analysé. Sa réalisation ayant été décidée sur un critère de choix " politique " ( voir PV du conseil municipal du 20/03/2013 page 5) ne prenant pas en compte la conjoncture économique , il s'avère aujourd'hui un échec coûteux pour le contribuable. Peu de lots ont été vendus et, pour le grand nombre restant à vendre, autorisation a été donnée par le conseil municipal de vendre à un prix au-dessous du prix de revient ! la Chambre des Comptes note certes que la commercialisation de ces terrains à bâtir est rendue difficile en raison de la conjoncture économique dégradée, " mais aussi en raison de l'existence d'autres lotissements plus attractifs, notamment en terme de fiscalité ". A cet égard, " les taux sur le foncier bâti...deux à trois fois supérieurs à ceux de la moyenne de sa strate de population " se font terriblement sentir au niveau de la vente de biens immobiliers privés dans la commune. Un agent immobilier m'a indiqué qu'actuellement il convenait de réduire le prix de vente d'un appartement ou d'une maison de l'ordre de 10 fois le montant de la taxe foncière annuelle pour espérer pouvoir vendre ce bien !
Voilà où a mené la gestion de la commune depuis des années.

Certes, gérer une commune n'est pas chose aisée en raison de la multiplicité des obstacles rencontrés et du contexte économique difficile. Mais lorsque l'on constate le point de déséquilibre critique dans lequel est engluée notre commune, on ne peut que s'interroger sur la responsabilité de ceux qui ont contribué à en arriver là.
Il faut espérer que l'équipe municipale en charge des affaires saura appliquer les recommandations de la Chambre Régionale des Comptes qui souligne que "  sans un vrai volontarisme pour réduire la masse salariale, la commune est peu ou prou condamnée soit à un sous-investissement chronique, préjudiciable au patrimoine communal, en l’absence d’entretien et de renouvellement suffisants, soit à voir son endettement s’envoler, si les banques acceptent encore de lui faire crédit, et mettre gravement en péril ses équilibres financiers futurs ".
Elle note par ailleurs que " le projet d’administration de la commune n’est pas en l’état à la hauteur des enjeux auxquels elle est confrontée, car il se limite à une réorganisation et une rationalisation de l’organigramme des services de la collectivité et ne traite pas de l’essentiel, à savoir la redéfinition du périmètre des services publics de la commune et les modalités précises, dans tous ses aspects, de la réduction de la masse salariale à un niveau raisonnable ".
Elle incite à " l’adoption sans tarder par le conseil municipal d’un plan d’action ambitieux, précis et chiffré, tant en ce qui concerne le périmètre des services de la commune que la réduction de la masse salariale, appelé à être évalué et réajusté dans le détail, année après année ".
Elle achève en indiquant que cette démarche " ne peut désormais qu'être une nécessité incontournable pour la commune ".
Osons espérer que ces recommandations seront suivies d'effet.
M.MOTUT

2. Taupin Eric 15/01/2017

bonjour Mr Yves Schricke , je suis Eric Taupin.
je tenais à vous dire que je suis de tout cœur avec vous suite à l'article paru dans la Dordogne libre au sujet du différent avec M. Belloteau;
Je vous souhaite tous mes meilleurs vœux pour l'année 2017.

3. alternancecolomnieroise (site web) 10/09/2016

Payer des impôts et voir sa commune s'embellir, se moderniser, attirer de nouveaux habitants et de nouvelles entreprises .... tout le monde le comprendrait et trouverait cela logique dans la mesure d'une pression fiscale modérée et juste. A Coulounieix-Chamiers, nous ne remplissons aucune de ces conditions. Le maire ose réclamer un projet et des propositions à l'opposition alors qu'il est incapable financièrement de respecter ses propres engagements, même s'il dit que tous seront respectés. Mais avec quel argent ? Une épargne nette ridicule ou avec de nouveaux emprunts ? Décidément, Monsieur le Maire, vous êtes fâché avec la notion de vérité ! " Quand on manque à la vérité, on manque forcément à la justice" disait Charles Péguy, Pensées. Effectivement, il n'est pas juste de payer autant d'impôts à Coulounieix-Chamiers sans trop savoir pour quelle raison nous en sommes là aujourd'hui ! Une chose est sûre : il faudra un jour changer de mode de gestion ! Mais que restera-t-il dans les caisses en 2020 ?

4. alternancecolomnieroise (site web) 08/09/2016

Merci à Fany 24 pour sa contribution pleine de sagesse et de clairvoyance. Hier, au tribunal, essentiellement indication du montant de la consignation à savoir 2000 € à verser par M. Belloteau. La présidente était particulièrement agacée par ce type de plainte qui fait perdre du temps à la justice. Le jugement aura lieu le 16 novembre 2016. A suivre.

5. MOTUT 07/09/2016

La taxe foncière, version 2016, est arrivée. Les édiles de la majorité l'annonçaient indolore pour la rendre acceptable. Elle ne l'est pas ! Tous les propriétaires fonciers s'en rendent compte aujourd'hui. En 2 ans, le poids de la part de la commune au niveau de cette taxe a été accru de 8,9 %, quand déjà il avait atteint un niveau record, nous plaçant parmi les 10 communes les plus taxées au niveau national ! (9ème rang en 2010 avec un taux de 49% ; cela peut être vérifié sur internet à partir du lien suivant :
http://droit-finances.commentcamarche.net/faq/15484-taxe-fonciere-les-villes-ou-la-taxe-fonciere-est-la-plus-elevee
Et depuis, nous sommes passés à un taux de taxation de 52,72% en 2016 !! Quand donc les responsables de la gestion de cette commune prendront-ils conscience que la fuite en avant vers une pression fiscale sans cesse accrue n'est pas la solution ? Voici 4 ans que les pensions de retraite n'ont pas été revalorisées et que par ailleurs les impôts sur le revenu , pour ceux qui en payent, n'ont cessé d'être alourdis. Le ras le bol fiscal que dénonçait Pierre Moscovici vire à l'exaspération, d'autant que l'on n'en voit pas les bénéfices et que l'on observe par ailleurs que certaines dépenses qui aujourd'hui plombent les finances de la commune auraient dû être évitées, telle la création du lotissement de Bellevue qui s'avère un échec et un gouffre financier. Un élu ne doit pas jouer avec l'argent des contribuables, surtout en période de crise économique.
MOTUT

6. Fancy 24 05/09/2016

Je lis dans Sud Ouest de ce matin que M. Belloteau, le collaborateur de cabinet du Maire, a mis M. Schricke au tribunal pour diffamation parce que dernier a écrit sur son blog qu'il sommeillait lors d'un Conseil Municipal.
Mon Dieu, mais quel outrage !!! Quel délit pour que le plaignant en appelle ainsi au tribunal !!!!!

En tout état de cause sûrement beaucoup plus humiliant et irrespectable que les propos du Maire à l'égard d'une élue lors du Conseil Municipal du 15 Juin 2010 ( voir CR et SO du 17 juin 2010 toujours visible sur internet )
Souvenez vous : « Mme E....vous êtes les vuvuzelas du groupe dit d'opposition ! Laissez-nous travailler, les Colomniérois jugeront. On veut faire de la bonne gestion et pas au détriment du personnel. Arrêtons les polémiques, les élections ont tranché en mars 2008. »
Et pourtant, personne n'a polémiqué ni conduit le Maire devant le tribunal. Il est vrai, que quelques temps avant, il avait déjà perdu devant M. Dasseux pour écrits diffamatoires sur son Blog pendant la campagne électorale ….

Lors du Conseil Municipal du 5 juillet 2016, Monsieur le Maire a fait prendre (suite à une demande de l'intéressé !), une délibération de prise en charge par la commune de tous les frais inhérents à cette comparution y compris les frais d'avocat.

Les tribunaux, déjà plus qu'encombrés n'ont-ils pas mieux à faire que de régler des affaires aussi « abracadabrantesques »

Il est vrai que la commune est suffisamment riche, pour que la majorité du Conseil Municipal décide d'engager ce genre de dépense !!!
Elle n'a pas les moyens de réparer les feux tricolores, ni de maintenir une mairie annexe/agence postale au Bourg, mais elle peut payer un avocat pour faire perdurer des polémiques.

J'aimerais tant que nos impôts servent un peu plus à l'intérêt public et profitent à nouveau à quelque chose d'utile à tous les Colomniérois, mais pour cela faudra-t-il attendre 2020 et l'alternance ….... ?

7. Cuisinier Jean-François 20/12/2015

Bonjour à tous,
Je vous invite à visiter avec le lien ci-dessous l'état des finances de Coulounieix-Chamiers.
Les commentaires sont très intéressants !!!!!
Jean-François
https://www.decomptes-publics.fr/aquitaine,4/dordogne,52/comptes-publics-coulounieix-chamiers,8537

8. Motut 09/09/2015

La taxe foncière nouvelle est arrivée !!!
Elle n'a pas l'attrait et le goût du Beaujolais nouveau ! Elle est âpre, amère et indigeste !! Avec un taux de 50,94% de la base d'imposition des propriétés bâties, elle s’accroît de 4,12%. Ce niveau de taxation exorbitant nous place dans les toutes premières communes de France infligeant une telle purge à leurs concitoyens propriétaires de leurs maisons ! Le maire et sa majorité avaient annoncé que l'augmentation serait indolore. Ce n'est pas le cas. L'intercommunalité n'a pas accru sa taxe ; le département s'est contenté d'une augmentation de 0,85%. On peut donc faire autrement.
Dans notre commune, on ne connaît que le plus, toujours plus ! Au cours des 16 dernières années, la taxe foncière prélevée par la commune s'est accrue de 81% ! Les revenus des contribuables ont-ils augmenté dans ces proportions ? La réévaluation annuelle par L'État des valeurs locatives cadastrales ne suffit pas à expliquer cette dérive inflationniste fiscale continue.
On ne prend pas en compte le fait que le niveau des pensions des retraités est figé depuis bientôt 2 ans et que les salaires de la population active ne progressent pas ou si peu. On ne pense pas aux veuves qui, percevant une pension de réversion à peine suffisante pour assurer les dépenses indispensables au quotidien, se trouvent en grande difficulté pour s'acquitter de cette taxe d'un montant excessif et disproportionné par rapport à leurs ressources. Être propriétaire de sa demeure à Coulounieix-Chamiers constitue manifestement un motif à sanction financière. Les maisons ou les appartements sont devenus invendables, si ce n'est à perte. L'annonce du montant de la taxe foncière à un acheteur potentiel le fait fuir immédiatement. On comprend mieux pourquoi l'éco-lotissement de Bellevue reste désespérément vide, démontrant en cela la gabegie financière dans laquelle le maire , à la fin de son mandat précédent, a engagé la commune. Les emprunts effectués pour le financement de ce projet d'un coût fort élevé doivent être aujourd'hui remboursés et à ce titre pèsent sur la fiscalité. Le maire interpellé par une de ses conseillères , lors du conseil municipal délibérant sur l'emprunt à contracter, avait alors justifié l’accroissement de la dette que provoquerait cet emprunt par un choix à caractère politique.
Aujourd'hui les contribuables payent au prix fort les erreurs accumulées depuis de très nombreuses années par les diverses municipalités qui se sont succédé au nom de choix politiques qui répondaient à des convictions ne tenant pas compte des réalités économiques. Le hasard ne peut être une variable déterminante dans les décisions à prendre.
Quand donc nos élus comprendront-ils que l'excès d'impôt affaiblit l'économie et accroît le chômage en enlevant au contribuable la capacité d'acheter et par là de générer de la demande indispensable au développement des entreprises génératrices de richesses et d'emplois ? Certes l'impôt est nécessaire pour assurer le bon fonctionnement de l'État ou des collectivités territoriales mais il ne doit pas prendre un caractère confiscatoire. Il convient d'adapter ses ambitions à ses moyens et non l'inverse. Le gouvernement semble enfin avoir compris cette évidence en annonçant une baisse des impôts sur le revenu. Qu'en sera-t-il dans les faits ? Passera-t-on de la parole aux actes ?
À quand cette prise de conscience au sein de notre commune pour réduire puis mettre un terme à l'exaspération grandissante des contribuables assumant le poids excessif d'une charge fiscale consécutive à une mauvaise gestion qui perdure depuis trop longtemps ?

9. Motut 23/01/2015

Je ne comprends pas... comme beaucoup de citoyens de notre commune.....
Je ne comprends pas pourquoi, lors de la réunion du conseil municipal qui s'est tenue le 16 décembre dernier, le maire a proposé et fait voter par sa majorité une délibération visant à donner le nom de " Marwan Barghouti " au parvis du château des Izards. Certes la cause palestinienne mérite considération. Mais devait-on importer cette cause au cœur de notre petite cité ? N'a-t-on pas assez de problèmes à régler ? Si tant est qu'on veuille le faire, devait-on choisir le nom d'un homme condamné à la réclusion à perpétuité pour avoir été impliqué dans plusieurs attentats dont l'un provoqua la mort de 3 civils innocents dans un restaurant de Tel Aviv ? Une telle décision conduit à ériger en exemple l'usage de la violence terroriste qui frappe aveuglément des personnes non liées aux forces régaliennes d'un État. Une plaque au nom de cet homme aurait la couleur du sang.
Je ne comprends pas un tel choix à un moment où la violence aveugle terroriste vient d'endeuiller notre nation. Consacrer une place de notre cité à une personne impliquée dans des actes terroristes conduit en toute logique à valider le terrorisme comme méthode de lutte naturelle pour faire valoir ses idées. Est-ce une façon d'éduquer nos enfants à un moment où l'on décide de réintroduire et de valoriser l'instruction civique dans nos écoles ?
Je ne comprends pas que, de la sorte, on fasse l'apologie du terrorisme, quand nos tribunaux viennent de condamner à des peines de prison fermes des individus s'étant laissés aller à faire l'apologie des meurtriers ayant commis des attentats sur notre territoire au nom d'une cause qu'ils croyaient juste à tort. Plus qu'une erreur d'appréciation, cette décision constitue une faute dont on se dispenserait bien en ce moment.
Je ne comprends pas qu'un conseil municipal, sous l'impulsion de son premier magistrat crée ainsi le trouble et génère des tensions et la division au sein de la commune dont il a la charge et au sein de laquelle la recherche d l'harmonie devrait être le premier souci.
J'espère que la raison l'emportera et que ce qui a été acté par un vote pourra être annulé par un autre vote du conseil. On peut toujours s'amender !
Errare humanum est, perseverare diabolicum !

10. Benjamin 14/10/2014

Je viens de lire le bulletin "ma ville".
Le maire écrit:"Les enjeux économiques et financiers sont trop importants pour laisser place aux discours et propos polémiques et injurieux.Je laisse à certains la responsabilité de semer à tout prix la discorde."
La polémique ne vient-elle pas de son propre camp de gauche soi- disant unifié, avec EELV qui se plaint de n'avoir pas eu de grand électeur pour les sénatoriales alors qu'ils ne représentent que 2,5% de la population aux élections européennes (286 voix) ? N'y a-t-il pas d'autre sujets plus importants à traiter dans notre commune, sécurité, incivilité.... ? Dernièrement, la déchèterie a été vandalisée pendant les horaires de fermeture. Des personnes se sont introduites à l'intérieur; une barrière métallique a été cassée, ce qui nuit maintenant à la sécurité du site, mais personne ne fait rien m'a dit un employé.
Il ne fait pas bon se promener dans le parc des Izards le soir; une certaine "faune" y règne en maître. Que fait notre maire pour remédier à cet état de fait ? Pas grand chose. D'après lui, il n'y aurait pas d'incivilité à Coulounieix (sic). Mais peut être que je polémique là encore !
Mais, peut-être que Mr le Maire confond polémique et apport de la contradiction, car c'est bien ce qu'il faut que nous fassions pour endiguer les folies de grandeur que notre commune ne peut pas assumer. Devrons-nous nous aussi, être mis sous tutelle parce que certaines personnes ne savent pas gérer un budget ? Il est très facile de dilapider un capital, surtout quand ce n'est pas le nôtre. J'arrête là mon propos. Je ne voudrais surtout pas injurier notre EDILE.
Jean Paul Benjamin

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 07/09/2016

×